feu sacré flamme

Les Puissances de l’Autre Plan

(extrait de "L'Autre Plan" - en cours d'écriture...)

 

 

A plusieurs reprises, tu as parlé des « puissances » dans les premiers chapitres de ce livre. A quoi faisais-tu référence ?

 

-         Par « les puissances », j’entends les esprits, les anges gardiens, les entités…

 

-         Donc, des forces vivantes mais non perceptibles sur le Plan Terrestre.

 

-         Oui, des êtres de lumière, des esprits. Le mot « esprits » au pluriel me semble le plus approprié, le plus connu, le plus en usage, le plus juste.

 

-         Ce qui a toujours existé dans l’âme humaine, depuis toujours pour ainsi dire. Les dieux, les anges, etc. Nous serions curieux de voir ce que les puissances ont à te dire. Peut-être devrions-nous utiliser la majuscule pour les dénommer, non ?

 

-         Peut-être, oui.

 

-         Hé bien, je crois qu’il est temps d’invoquer les Puissances de l’Autre Plan, alors…

 

-         Oui. Je retourne immédiatement dans l’Autre Plan, et je les appelle.

 

-         Concentre-toi… Et reviens avec un message intéressant. N’oublie pas la gratitude envers eux, et n’oublie pas également qu’ils ne sont pas dépourvus d’humour. N’oublie pas non plus que, quand tu les appelles… ils viennent !

 

Je me concentre. L’Autre Plan est toujours blanc, aussi blanc et vide que possible, à croire que tout ce qu’il y a dans cet « autre côté » n’a rien de reconnaissable ni de définissable ici-bas. Je retrouve le coussin de velours rouge, et je m’aperçois qu’il est déposé sur une petite colonne dorique, à hauteur de mon nombril, ce que je n’avais pas vu les fois précédentes. La baguette magique déposée dessus est un objet sobre et taillé dans un bois noble, mais elle est plus ouvragée que je n’avais imaginé au départ. Je la saisis. Je prends une grande inspiration, je dirige la baguette vers le coussin rouge et je sens son énergie vibrer dans mon bras.

« Ecris », me disent-elles. Ce sont les Puissances, je ne saurais dire pourquoi mais je les reconnais.

« Nous sommes là.

Tu peux nous appeler. Tout le temps. En permanence. Nous avons tant de messages pour toi. Mais peut-être qu’un seul suffit. Comme tu n’as rien demandé, et que tu n’as pas précisé la raison de ton appel, nous ne pouvons que te confirmer notre existence et notre amour. Nous ne pouvons que te transmettre cet amour et cette énergie dans tout ton être, sans faire apparaître quoi que ce soit.  Mais sache que nous pouvons aussi faire « apparaître » tout ce que nous voulons.

Le message que nous te donnons est essentiel, et tu fais bien de nous laisser toute la place pour nous exprimer. Nous sommes heureux que tu n’aies pas songé à nous demander quelque chose : cela nous montre que, d’une certaine manière, tu es conscient qu’il ne te manque rien. Et cela est primordial. C’est cela, contacter la Source.

En nous appelant de manière désintéressée, tu ouvres une porte immense et derrière cette porte le paysage est lumineux, et infini. Crois-tu que tu aies quelque chose de plus à demander que…Notre Présence ? Il te suffit de te savoir accompagné et aimé. C’est la base de tout. Tu n’as plus qu’à avoir la foi, à croire, à te connecter comme diraient certains. Avoir la foi, en quoi ? Croire, en qui ? te connecter… à quoi ? A toi-même. C’est la seule connexion qui compte.

Pour cette fois en tout cas il n’y aura pas de « signe », pas de « synchronicité ». Pour nous cela n’a aucun sens. C’est simplement à chaque fois que tu seras en « synchronicité » avec toi-même que tu percevras ces phénomènes qui te mettent en joie ou qui semblent t’orienter. Nous ne pouvons te dire s’ils existent, mais en tout cas, ils sont perceptibles. Et sache que c’est toi qui les crées. Pour nous, tout est en symbiose. Tu vois un signe ou un message du Monde dès l’instant où TU te retrouves. C’est quand tu te perds que les signes s’endorment… ou plutôt : que tu cesses de les voir.

Et comment te retrouver ? En te souvenant que tu es le Monde. En te souvenant de Nous, en te rappelant que Nous sommes là, en tout temps, en toutes circonstances. Emets le moindre doute sur Notre existence et tout s’évanouit : plus de signe, plus d’énergie.

Ne te sens-tu pas mieux à présent ? qu’est-ce qui est en train de se produire, en toi, à cet instant ?

Tu sais que la porte est ouverte, et que Notre seule Présence t’insuffle la paix. Lorsque tu contactes cette paix, qui est omniprésente et en tout Temps, tu n’as nul besoin de preuve spectaculaire, de rencontre idyllique, de vision mystique.  La rencontre idyllique est avec toi-même, la vision mystique est la Vie elle-même. Tu retrouves l’Unité, mon ami. Et imagine, à partir de cet instant, tout ce qui peut être possible.

N’oublie pas que tu nous as appelé « Puissances ». Et, tout ce que nous venons de te répondre, n’est que le discours d’entités qui peuvent être appelées Puissances.

Sois le créateur.

Appelle-nous quand tu le voudras. Nous répondrons toujours, nous te dirons tout ce que tu es capable d'entendre, nous ne ferons jamais de promesse que nous ne pourrons tenir et nous ne te dévaloriserons jamais. Nous sommes reconnaissants envers la Source et envers toi. Nous ne dévalorisons personne. Nous ne faisons rien miroiter à qui que ce soit : nous ne jugeons pas, et nous sommes vrais et entiers.

Et si tu as peur de perdre un jour le contact avec nous, hé bien… fais comme nous.

En nous imitant tu te rappelleras que tu es Nous."

 

Angelo LAURIA

 

Retrouvez-vous à travers les harmoniques: